En vérité nue, une bonne tenue est de mise. Il faut le Savoir.

 

Femme de plume jouit de toute une panoplie,  dont elle sait se dévêtir
Soulignée en autres arguments, structurée dans toutes ses parties,
Longues en déroulés ou vue, ou brèves quand se dépêche,
Les dessous de l’affaire sont délicats à exposer.
Introduction et Conclusion sont à soigner en particulier.
Aussi fidèle à sa féminine nature que volage en matière de jupons,
En l’ève, une robe garde comme lève les barrières en d’autres occasions.

Quand il s’agit d’impairs, la satyre est aisée, dans ses meilleurs quartiers,
Pressée comme un regard qui glisse sur les lignes,
Elle recourbe haut ses cils et hausse le sourcil…
Plait-il ? au final est la question…
De mauvais gré jamais ne se voile. De gré à gré décline,
De toutes  ses hautes coutures au fil blanc de ses pages ,
Entête haute, à peine elle se retourne …surtout en Capitale.

En matière de bagages, les impairs sont à la roulette,
Ce que la Russe est au mannequin.
Une cascade de r qui roulent comme d’autres des fesses.
L’accent  y est tonique et le trait appuyé.
A défaut de bagages, irréprochable tenue,
Demande elle plus de soins,
Sous peine de paraitre pour partie en négligé.

La forme et la ligne s’entretiennent,
Comme composition s’impose sur l’étiquette .
D’entretien facile, comme un bronze au soleil,
Ou  en plastique parfaite sous la pluie.
Tout un signe des temps qui court,
Longtemps et souvent sur la ligne au kilomètre,
à vous couper le souffle, à en perdre le fil.

De tenue d’Adam à grande pomme,
Sans plus de  transition, femme de plume varie ,
Comme elle change de chemise, comme elle change de sous-chemise.
Stand Up, je vous tends le micro,
Ne signifie pas que minijupe soit mal coupée,
Ni de la friture sur la ligne, une perche qui tombe apique,
Comme l’as au carré, juste au niveau du menton.

Le sens des Conventions porte ses fruits, entre autre Conférences,
qui file à l’anglaise sans que mauvais genre soit en question.
Couchée, en dernières volontés, un homme suffit,
Surtout s’il est unique en Boss, à lui faire perdre la tête.
A perdre la préséance, autant que comme le vent, le masculin l’emporte.
Ne pas l’apprendre par coeur, voire même au bord des lèvres,
Serait en scène finale se faire tailler un costume en trois pièces sur mesure.

Lire Plus de Chroniques Gastropodiques, par le Menu …ou à la Carte

IMG_1314

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

  • Every de tout, A more included, & 2 Viel en +

    Eve ry de tout, .au propre et au figurez-vous, c'est déjà tout un lot ... de 12 bonnes raisons de tout mélanger en une suite logique ...
    1) Elle n'est pas la dernière en matière de fautes, quand les mots sont croisés ...

    2) I'm pro, c'est son métier

    3) Dans le melting pot, elle ne crache pas dans la soupe...

    4) Elle est parisienne comme tête de veau, et ne rechigne pas devant les froggies servis par des non-domestiques

    5) Elle retourne 7 fois, comme pas une autre, les langues pour celle qu'elle n'a pas encore dans la poche ...et parle comme pied dans la tongue de sa mère.

    6) Foncé, en stock dans son magasin, c'est en option ... comme clair, c'est le temps qui lui manque.

    X2) Quand ça compte, elle voit double...
    N'en jetez plus, la coupe est pleine ...Cheers

  • Valéry Schneider

    Valéry Schneider

    Une publicitaire et une desperate housewife qui a bien tourné ...la page et beaucoup d'autres clichés ...et qui en noircit pas mal, si son temps s'y prête ...Ca varie, même au beau fixe...

    View Full Profile →

%d bloggers like this: