La Bonne Parole, Volatile, se Disperse à Tire d’Ailes. Quoi que … Il Faille, le Savoir.

IMG_5417

Savoir conter sur soi-même,
C’est Normale, pour Femme de Plume.
7 fois dans sa bouche, pour sa Langue,
12 fois de plus sur ses doigts en Alexandrin.
Sur 1 pied,  l’égalité est douteuse à coup sûr.
1 coup de plus aux fesses,
Quand sabote Femme de Plume, en un malin plaisir.
22.  Son compte est bon. V’la les flics,
Si le Q compte double comme au Scrabble.

Comme jamais et comme toujours, un mot de rien change le résultat.
En 1 clin d’œil de -, ou juste une larme de +,
Le sujet devient moins résolu.
Il faut compter avec l’autre. L’inconnue. Le X.
Si l’on n’y ajoute ni point, ni parenthèse qui ne tiennent,
Tout part de travers et dérive.
En Couille comme dirait Monsieur Houille pour un loup qu’il relève,
En Vadrouille quand comme dirait Dame La Mercière pour un fil perdu,
La conversation tombe au pif quand on s’y ballade les doigts dans le nez.

Les sens se multiplient, les contre valant double.
Ils tombent de haut, comme pieds dans les nuages.
Les longueurs s’étirent, paressent,
Naviguent  de 1000 à 1852 sans détours.
Ils font débats, quand invitent au voyage,
Ils glissent en premier, comme peau en seconde,
Filent bon train quand l’allure est la bonne,
Gardent tenue ou partent en vrille, en humeurs passagères.
Les sens s’additionnent avant que de se faire la malle.

1) L’ouïe cloche, quand elle teinte en couleur,
2) Le nez creuse quand la question est dans l’air,
3) L’œil cligne du coin, quand le complice est dans le champ,
4) Le toucher coule quand ne flotte plus un soupçon,
5) Le gout doute, quand il est pris en faute,
Le 6eme boucle le bagage, s’enfuit en portant les jambes à son cou.
X) La parole n’a pas de sens. Elle conte pour autant.
Un drôle de numéro, pas même attribué lorsque personne ne décroche.
Elle sort du lot, et nous échappe avant qu’on ne l’attrape.

Multiple d’elle-même quand énumération s’impose,
La parole s’observe à la loupe quand, improbables, rencontres se télescopent,
Par autant de vecteurs, en un sens,  indéterminés.
Aléatoire, en démonstrations et autres effusions,
A n’entendre qu’elle quand elle impose le silence,
A en perdre la voix quand tous les sens nous hurlent de la prendre.
Irrésolue, sans cesse, elle hésite en substance,
Entre se poser là ou d’ailleurs s’envoler de plus belle.
Tout et son contraire, Rien. La parole est infinie.

La parole est variable, comme nuage dans un t,
En des temps versatiles qui la composent.
Approximative en attributions, elle spécule douteuse,
Sur le temps qui fut, a été, était, est, sera ou même qui serait.
Tout aussi inconstante en valeur qu’on lui donne,
Qu’en celle qu’on reçoit, selon le sens qu’on lui prête,
Sans compter l’intérêt de la branche d’où elle tombe,
Arborescente par définition, saison après saison.
Ses temps sont comptés. La parole est limitée.

La parole caresse le sens du poil ou rebrousse en chemin,
Elle cerne son sujet, sans que  fatigue ne la guette,
Noircit à l’envie  ou passe à côté si elle est étourdie
Elle bataille ferme ou s’écrase un peu plus loin,
Cancane à bout portant si on lui cloue le bec.
Elle égratigne d’un revers et soigne au retour,
Quand éclaire ou réchauffe et tout bas souffle sur les manques.
Elle claque la bise dans un temps froid et sec,
A moins qu’en langage ne fleurisse et nous fasse rougir.

La parole tombe comme couperet ou fait voler une mouche,
Quand déchire le silence ou s’attrape au vol.
Elle tranche ou se coupe, à l’affut d’un bon mot,
Jusqu’à ce qu’en dents de scie s’émousse en bulles dessinées.
Elle se déforme au passage, en convictions se forge, en pépites se martèle,
De la pointe de la mine ou d’une voix caverneuse.
Elle sonne et trébuche, quand d’argent elle est question,
Puis alerte, se relève d’un verbe un peu plus haut.
Si le cœur lui en dit, la parole en douceur soupire ou se crashe et explose.

Elle respire d’une virgule. Parole, Parole.
Quand ça lui chante, Femme de Plume redouble l’entrain,
Le sens est dans l’air, comme du temps un parfum,
Comme un sillage qui reste quand elle passe trop vite.
Avec des si, elle détourne le dos. Avec des là, le remet à l’endroit.
Parole reprise, elle mixe à nouveau.
Parole, Parole change de sens et bis le refrain.
Ne comptez pas sur elle, innombrables sont ses sujets.
La bonne parole, volatile, se disperse à tire d’aile. Quoi que …Il faille, le Savoir.

Plus de Chroniques Gastropodiques par le Menu, c’est ici. 
Nos suggestions à la carte, pour accompagner cette chronique (2ème volet de la quadrilogie sur le calcul et la parole) :
1) Au Diable l’Avarice, vous dira la Calculatrice. Il faut le Savoir. 
3) La Critique est Facile, mais en Ignorant la Sauter n’est pas Aisé.  Il faut le Savoir.
4) La Preuve par Deux marche aussi à l’Envers. Parole de pied ! Il faut le Savoir.  

Canard

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

  • Every de tout, A more included, & 2 Viel en +

    Eve ry de tout, .au propre et au figurez-vous, c'est déjà tout un lot ... de 12 bonnes raisons de tout mélanger en une suite logique ...
    1) Elle n'est pas la dernière en matière de fautes, quand les mots sont croisés ...

    2) I'm pro, c'est son métier

    3) Dans le melting pot, elle ne crache pas dans la soupe...

    4) Elle est parisienne comme tête de veau, et ne rechigne pas devant les froggies servis par des non-domestiques

    5) Elle retourne 7 fois, comme pas une autre, les langues pour celle qu'elle n'a pas encore dans la poche ...et parle comme pied dans la tongue de sa mère.

    6) Foncé, en stock dans son magasin, c'est en option ... comme clair, c'est le temps qui lui manque.

    X2) Quand ça compte, elle voit double...
    N'en jetez plus, la coupe est pleine ...Cheers

  • Valéry Schneider

    Valéry Schneider

    Une publicitaire et une desperate housewife qui a bien tourné ...la page et beaucoup d'autres clichés ...et qui en noircit pas mal, si son temps s'y prête ...Ca varie, même au beau fixe...

    View Full Profile →

%d bloggers like this: