Larmes de Noël, Boules au ventre et Eve sans guirlande

L’improbable spontané (Roman)

CHAPITRE I – Larmes de Noël, Boules au ventre et Eve sans guirlande

IMG_0030Cette année là, comme depuis toujours, Eve attend de pied ferme le Père Noël … Toute une liste de trop de plein, de pas assez et de beaucoup trop, sur les bras, cette année là … Fin prête à lui voler dans les plumes, comme d’autres volent en éclats … 40 ans et des poussières, Eve couve encore … presque éteinte en dedans …Hors d’elle, le feu crépite.

Les habituelles vacances de Noël … Noël en famille … sur son ile … Décor aux clous de girofles … Parfum d’agrume…Brouillard derrière les vitres …Temps magique … Corne de brume qui sonne le rappel des marins …Le cocon, son cocon … celui dans lequel Eve s’est enveloppée depuis tant d’années … celui dans lequel elle a bercé, année après année, chaque enfant de sa maisonnée… Chacun sous son plaid emmitouflé … parenthèses de riens, délicieusement inactives … pas d’horaires, une petite ballade par jour … juste histoire de se dire que les embruns, c’est bon pour la santé et ça aère les idées, donne le teint frais et vivifie le sang …

Eve regarde la pile des photos en retard … elle tient méticuleusement les albums photos de la famille, pour elle, pour eux plus tard…tous les moments de sa famille, collés avec amour, englués, figés, immortalisés…Noël, Sport d’hiver, Pâques, un anniversaire, été, rentrée, photos de classe, concerts de fin d’année, gala de danse, anniversaire, encore un anniversaire, bataille de boules de neige improvisée les rares hivers où la neige tombe sur Paris… encore un anniversaire, Halloween, anniversaire, anniversaire…retour de Noel…Comme d’habitude, dans la gigantesque pile, avant de coller, elle cherche les quelques rares photos qu’il y aurait d’elle, juste pour qu’elle soit quand même présente dans l’album un peu par principe …3, c’est tout … normal, c’est toujours elle qui est derrière l’appareil, pour offrir à sa tribu un jour le plaisir de retrouver les traces de leur enfance, de leurs racines, pour qu’un jour ils puissent à leur tour les montrer à leurs enfants…Deux années se sont écoulées, depuis qu’Eve n’a pas ouvert un album, classé, collé, commenté les  traditionnelles photos …C’est sa manière à elle, de vérifier si le cours de sa vie s’écoule comme elle le souhaite, de vérifier que ses enfants ont toujours leurs sourires si éblouissants,  capturés entre deux pages … un regard solaire, un plaisir, un clin d’œil, un instant de bonheur … Juste un moyen de vérifier qu’elle vit bien dans sa vie.

Et cette année, ce Noël … juste une larme qui roule silencieusement sur sa joue, en regardant les deux dernières années de sa vie …la mort de son père, la mort de sa sœur …vite essuyée la larme… Pas le temps, encore un des enfants qui demande quelque chose, encore une bûche à remettre dans la cheminée, encore un cadeau à envelopper, encore un diner à servir …elle inspire, et inspire …tout va bien, ses enfants vont bien, toujours aussi radieux …ce n’est qu’elle, ce n’est pas grave …elle est juste morte en dedans en deux ans …ne l’a même pas vu venir, ne s’est même pas sentie mourir …juste abandonné son corps, oubliées ses envies… devenue transparente, insignifiante …moche et grosse …trop de fins de vie à porter ses deux années …trop de personnes à soutenir … besoin de remparts, besoin de cuirasse …le cuir épais, Eve,  elle sait avoir …quand il faut, il faut …Elle s’estt juste dit « Ca n’a pas d’importance, je n’ai plus d’importance,  40 ans et des poussières, bientôt la retraite …et après …après, rien….rien que de la poussière … »

Rien d’une désespérée,  Eve … juste résignée …et même pas vraiment …résignée pour elle …jamais pour les autres …pour ses enfants, chaque jour elle se bat et se débat …pour un rien, pour un sourire, pour un éclat de rire, pour qu’ils soient beaux, pour qu’ils soient fiers, pour qu’ils soient libres, toujours libres …et pour que toute leur vie, ils croient au père Noel …

Elle se bat pour que ses proches meurent en douceur, dans la chaleur d’un sourire, pour que ses amis, passés à la maison à l’improviste, gardent dans leur cœur, quelques souvenirs, quelques bulles de bonheur partagées …

Tout donner, rien recevoir, elle s’en fout, Eve…elle n’a jamais rien demandé…le bonheur des autres, ça lui suffit …elle se débrouille pour voler chaque jour une image, un souvenir, une photo, 3 ou 4 mots saisis au vol…pour toujours se réchauffer comme elle a froid …un rayon de soleil sur son café du matin…une goutte de pluie si belle sur la vitre…un souffle de tempête qui fait voler ses cheveux …et ses enfants, surtout ses enfants …cadeaux jour après jour, un mot quipétille, un regard complice…juste le bonheur de les voir heureux …surtout pour Noël …Noël, c’est juste pour eux …son mari, ça ne l’a jamais intéressé Noël.

Souvenir de Noël, premier Noël en couple, il y a des lustres …premières larmes étouffées …quand fraîche, gaie, heureuse de rendre heureux, Eve était rentrée plus tôt dans leur premier appartement…Premier sapin…Son mari est rentré et l’a regardé avec un simple « Ca sert à quoi ?…c’est ridicule, on a même pas d’enfants …tant qui tu y es, mets nous des angelots dorés aussi … ». Le même regard, que quand il la regarde lire et relire encore le seigneur des anneaux …et qu’il pense fort, si fort … « tu crois pas que tu as passé l’âge de lire des contes de fées ? …tu ne crois pas que tu pourrais lire utile de temps en temps ? … ». Sa bulle, à Eve, Noël et les contes de fées … Son mari n’aime les bulles que quand elle les souffle dans sa vie, sa vie à lui …quand elles bousculent un peu, mais pas trop,  son petit quotidien …et qu’elles le portent un peu plus loin , un peu ailleurs du chemin tracé pour lui…

Mais là …à  Noël, il n’a pas compris …que c’était sa bulle à elle, sa magie à elle, ou tout n’est que lumière, ou tout n’est que chaleur, qu’émerveillement d’enfants…et qu’enfant toujours elle sera …et que pour ça, elle se battra …Elle a dû s’expliquer, se justifier, Eve, ce jour là …  « Mais je m’en fous que tu sois juif …moi je suis libre penseuse …mais Noël, c’est personnel … c’est les cadeaux que j’aime faire, c’est les souvenirs que je veux  garder, c’est les souvenirs que je veux laisser » …

Jamais Eve et son mari, n’avaient été aussi prêts de se séparer, pour un sapin …Il s’est excusé, lui a dit que bien sûr elle était libre, a rationnalisé…et a même été acheté le sapin de lui-même l’année suivante…compromis conjugal …rationnel toujours …bien justifié, chaque mot bien pesé … « Donnant donnant, pour une fois, rien que pour Noël » tu lui as répondu,  Eve… «  J’accepte bien tes traditions, ta famille, ta religion …et je ne demande pas grand chose en retour » …

Pas grand chose en retour, même pas demander qu’il partage sa bulle … juste qu’il la laisse au moins vivre dedans …Elle s’en fout,  Eve, qu’il la comprenne si peu, qu’il ait besoin d’explication, de donnant donnant… Elle a Noël … elle essaye d’être heureuse et d’offrir du bonheur à ceux qui veulent … Juste ce Noël, elle voulait qu’il n’éclate pas sa bulle d’un regard vers le haut …Please, please, un cadeau pour Noël, un cadeau dans ma chaussure … Non, ne t’inquiètes pas, pas celle de Cendrillon … l’autre, la moche, l’usée, celle qui court toute la journée pour rendre tes enfants heureux …

Depuis 20 ans, elle a repris le flambeau des Noëls en famille après sa grand-mère et sa grand-mère avant elle … Année après année, seule d’abord,  puis accompagnée de ses enfants, elle prépare pendant des jours et des nuits des dizaines de kilos de petits gâteaux de Noel… juste à offrir, à partager, à transmettre …jeune célibataire, enceinte jusqu’aux yeux, en plein deuil, entre des dossiers urgents au bureau … si ce n’est le jour, c’est la nuit …des heures d’amour mélangés à quelques œufs, et de farine …Et son plus beau cadeau de Noël, c’est le regard de son père quand elle lui offrait ses petits gâteaux …et qu’année après année, elle lui redonnait le goût de son enfance …

Cette année, Eve, comme toujours, a tout préparé…comme chaque année …plus dur que d’habitude …juste épuisée, épuisée par ces deux dernières années. Tout le monde lui dit « lâche l’affaire, pourquoi tu fais ça ? » …elle se dit juste fort, très fort… fort et noir, très noir comme son café … « Pas ça, pas ça…je veux pas lâcher ça …jamais, je ne lâcherai …c’est moi, c’est moi…c’est ma bulle …c’est ma bulle …».

Elle s’en fout que les autres ne comprennent pas … trouvent ça puéril, ridicule, anodin, surhumain …et puis ses enfants, ils savent, ils vivent, ils attendent …Comme le premier sapin, les petits gâteaux …elle les vit comme la dernière étincelle de sa force, comme un dernier « c’est moi, je vis » …son essence incorporée dans des œufs, de la farine, et quelques grammes de cannelle …une deuxième larme qui roule, vite essuyée, vite oubliée et …dans un prochain sourire, elle aussi,  oubliée …

Tant que elle saurait vivre Noël, elle saura qu’elle est vivante …presque morte à l’intérieur,  mais encore frémissante …

Pas que Douce, Eve, la mère de famille …déterminée à pas lâcher, jamais lâcher …même si tout ce qu’il lui reste c’est un peu de rêves dans la farine …Mais pas que rêveuse au pays des fées et du Père Noel, Eve …Terrienne, comme ses pères avant elle …terrienne, vivante … « Ma vie, mon cœur …celui qui bat, il est où ? » pense Eve …  « N’importe quoi, n’importe quoi …comment tu as pu en arriver là ?  …toi, c’est la vie qui pétille et qui déborde, avec et pour tout …et si c’est pas avec tout,  c’est envers et contre tout …qui déborde de trop plein, et de pas assez …Bouges,  ma Grande…bouscules ta vie …peu importe par quel bout …réveilles toi, lèves toi …Vis, vis, Eve …revis … » .C’est ça la solution, c’est ça le vœu de ta Saint Sylvestre … Qu’est-ce que tu te souhaites, Eve, pour toi, rien que pour toi ?

Pragmatique Eve …elle ne cherche pas midi à quatorze heures …la solution si évidente … « Eve , prends des amants » …juste pour le cœur qui bat, le souffle court, le rose aux joues, les cheveux aux vents …juste pour être libre, libre, libre …. Juste pour sentir le feu dans tes veines, juste pour être belle pour quelques heures, juste pour sentir exploser le désir, juste pour se voir autre dans le regard d’un autre …

Organisée Eve…se fixe un calendrier …les vacances scolaires, c’est bien …je suis toujours seule avec les enfants , pas chez moi avec des 5 à 7 sordides …juste des parenthèses sans lendemain, sans complication …oui, c’est ca la solution,  pas obligée de bousculer ma vie …toujours parfaite à la maison, personne n’y verra que du feu …et moi je vais respirer, respirer …prendre des réserves jusqu’aux prochaines vacances et ainsi de suite … juste survivre…

Pragmatique, Eve …check-list en tête …mais qui tu peux bien intéresser,  Eve, en Maîtresse pas compliquée ? …
Pas un type ramassé dans un bar …Tu n’as jamais su faire ça Eve …T’es chiante aussi,  Eve, à toujours vouloir de l’émotion, même dans une étreinte d’un soir …Du désir, c’est ça la clef …réfléchis Eve, quand est-ce que dans la dernière année, le désir d’un homme tu as su lire? Quand est ce que tu as senti une chaleur au corps dans un regard ? … Elle écarte vite tous les amis…impensables…elle écarte aussi les célibs de son âge …pas possible, ils vont penser que c’est sérieux …

Les trentenaires célibataires, c’est ça …Trentenaires cherchant l’amour … et puis, c’est vrai que le trouble dans leurs regards quand ils te voient accompagnée de tes enfants, souvent tu as pu le  lire, Eve …pas le désir pour ton corps, ça fait longtemps que tu n’as plus d’illusions …mais le désir pour ta bulle …la bulle et celle de tes enfants …c’est ce désir que tu voies dans leurs yeux …Des hommes qui ont envie de toi… pour toi, version carte postale, pour la vie que tu t’ais construite jour après jour …C’est ca,  un substitut …pas de leur mère, mais de la future mère de leurs enfants …en attendant… c’était ça qu’ils voient en toi…la mère parfaite…Ils se rêvent en maris, bien plus que ton mari …te portent ton sac de plage, aident la petite dernière à apprendre à nager, te demandent toujours si ça va avec un air un peu inquiet face à la masse du quotidien que tu es obligée de gérer seule, te demandent souvent si ils peuvent l’aider …Oui, c’est ça,  ils peuvent t’aider, Eve …t’aider à redevenir désirable, t’aider à te retrouver …Comment tu as pu,  Eve ? …Oublier, oublier à ce point là …que ta vie, c’est l’amour…pas juste l’amour de tes enfants …des baisers enflammés, des draps froissés …que plus sensuelle que toi, on mourrait …pas de l’amour avec un grand A, ca s’est enterré avec une croix dessus depuis bien des années …Une grand croix, pour un grand A … mais juste des caresses, du feu dans les veines, des attentes insoutenables, des murmures dans ton oreille …Comment tu as pu oublier, que c’était toi, le feu dans tes veines…que c’était ça ta force dans la vie …

Même pas ton plaisir Eve…juste le plaisir que tu savais donner …bien mieux qu’un cadeau de Noel …de bras en bras …de caresses en caresses …Et toi, Eve, et toi, Eve …du plaisir tu en as eu ? … le plaisir par procuration, le plaisir de donner du plaisir …c’est pas l’apothéose… mais Eve est pragmatique …il faut bien commencer par un commencement …et celui de ses 20 ans, si incomplet , était quand même un commencement…Tu étais, vivante, Eve … vivante, tu redeviendras …Come on, Eve …c’est quand même pas mission impossible …ton vœu secret, ton vœu de Saint Sylvestre …Prendre des amants.

Et de toute sa force, de toute son énergie, Eve a prononcé son vœu de renaissance, son vœu de nouvelle année, son vœu de nouvelle vie…c’est ça, la solution,  Eve …C’est ça,  ta solution … Elle s’en fout de la morale, Eve …Elle ne se berce pas d’illusions non plus … « prends ce que tu peux, où tu peux …mais vis, Eve, vis … »

Pas de télé sur son île, à qui elle peut donner procuration pour vivre sa vie et les émotions des autres …En attendant ses prochaines vacances seules, 5 mois à tuer, 5 mois à organiser, 5 mois à continuer jour après jour, à chercher un sourire, à éclairer sa vie.
« Mais comment, ils font mes ados pour sourire ? …Ah oui, surfer sur internet …mais là, les soldes, c’est fini …et puis les placards débordent …peut-être une petite commode pour ranger les dernières achats …oui , c’est ca… une petite commode …jolie, bon plan,  pas chère …oui, en bois brut …à peindre et patiner …Ca m’occupera les mains après les petits gâteaux de Noel …et puis c’est beau le bois, c’est vivant …

Mais qu’est-ce qu’ils font mes ados sur FaceBook …en plus d’être rester à la traine de ta vie, tu ne vas pas rester en plus en rade sur le reste …Tu ne peux quand même pas être dépassée sur tout , ma belle … Elle ne voit pas trop l’intérêt,  Eve, de communiquer avec des gens qu’elle a perdus de vue depuis si longtemps, puis elle a toujours eu un problème sur les noms, Eve …ne se souvient jamais des prénoms et des noms de famille …Mais il s’appelait comment déjà, machin au collège, et machine au lycée, et truc à la fac …Déception, aucun d’ami d’aujourd’hui en ligne …Ni aucun vrai ami d’hier, encore cher à son cœur …Va quand même falloir faire un effort de mémoire  pour les amis de second rang…

Mais Eve est pragmatique …Bingo, c’est ca … les trentenaires, ils sont sur FaceBook …Eve complète son profil, photo indispensable …Ca date de quand la dernière photo bien de toi, Eve …il y a dix ans …bon c’est pas grave, ça cadre avec l’âge de tes amants souhaités…et puis c’est pas vraiment de la triche, puisque s’il te connaissent d’aujourd’hui, ils te rajouteront, d’eux-mêmes les 10 années qui manquent …

Et Eve…qui t’as envie de retrouver Eve ? …de tes jeunes années …qui tu n’as jamais oublié, qui tu as toujours accompagné par la pensée ? …Ton premier amour . Tu t’es toujours demandé où il vivait, s’il était heureux, qu’est-ce qu’il avait fait de sa vie et de tous ses talents …Pas nostalgique, juste curieuse…Le choix de pas l’aimer, il l’avait fait il y a 25 ans, quand Eve pour ta dernière journée de lycée, ta flamme tu avais fini par lui déclarer … Pragmatique, Eve, tu  t’étais juste dit « je ne peux pas partir comme ça…si jamais mon amour, il ne l’avait pas senti…je ne veux pas de regrets jamais, de regrets …il faut qu’il sache, il en fera ce qu’il voudra » … Tu lui as jeté à la figure, comme d’autre une gifle, tout ce qu’il représentait pour toi,  l’a invité pour toute ta vie à te rejoindre, quand il voudrait où il voudrait …Dans 1 an , dans 10 ans,  dans 20 ans, si un jour , il pensait que tu lui manquais … » …Et le lendemain, Eve, tu es partie en catimini, , pour Paris, pour tes études.  …Pas de regrets, pas de regrets, il sait, il sait, il a choisi, il a choisi …Oublies, Eve, tournes la page …tu lui as dit, que pour toujours il compterait et que tu n’aimerais que lui. …

Eve dit ne jamais des choses en l’air …A 15 ans, bien plus sage que maintenant elle était …et à 15 ans, elle savait qu’une seule fois qu’elle aimerait …Mais elle savait que sa vie,  elle devait construire, même sans ça , même sans lui …15 ans, les cheveux au vent, le cœur en bandoulière, à la conquête de sa vie elle est partie …en laissant derrière elle, son amour.

Donc,  step back vers les années lycée …FaceBook …mais il n’y a vraiment personne de ces années-là …pas lui d’accord, mais forcément il doit en avoir d’autres …A quand même! Un seul ami …oui, il était sympa …adjugé !
Ton ainé, un vrai soleil, jette un coup d’œil par dessus ton épaule … « Bravo, maman, une journée pour mettre à jour ton profil  …En deux jours,  tu n’as que 8 amis …c’est la honte …allez, envoies moi une invitation, tu me fais trop de peine, je vais t’accepter …ça sera déjà ça …moi,  en 24 heures j’avais plus de 100 amis …»

Pragmatique, mais têtue…Eve veut bien faire … explique laborieusement…oui mais je n’ai pas beaucoup d’amis et en plus ils ne sont pas sur FB …éclats de rire des enfants …Ca ne marche pas comme ça, maman …Tu prends tous les gens avec qui tu as parlé dans la journée et que tu as trouvé sympa et tu les invites …le boulanger, le boucher …nouvel éclat de rire …Quand même pas ! … le prof de surf, le prof de tennis, le prof de golf …On ne sait pas,  nous … qui tu veux,  quoi !…Mais je n’ai rien à leur dire, je leur ai parlé aujourd’hui …puis ils vont trouver bizarre que je me connecte à eux …Et puis les quelques personnes que j’ai retrouvé d’avant …du lycée, de la fac, des agences de pub …Ca fait si longtemps…ils ne se souviendront sûrement même pas de mon nom …Encore des éclats de rire « tu crois vraiment que t’es assez passe-partout pour qu’on t’oublie ? » … « Oui, je crois »…pense très fort Eve …Pas de larme qui coule, juste un sourire fatigué …

Pas une larme, juste un sourire dans ta tête avant que tu te mettes à fredonner « J’ai la mémoire qui flanche, je ne me souviens pas très bien » …et eux ? et eux ? …les amis d’avant, les amis de bien avant…les amis d’avant que tu ne sois morte… d’avant que tu ne sois morte tout en dedans ? …

Ben alors, Eve, elle est où, Eve qui ne doute de rien ? …Eve qui traverse les salles de réunions si sure d’elle, qui  parle facile avec tout le monde …tu vas quand même pas te laisser paralyser par un petit outil que n’importe quel ado maitrise sur le bout des doigts …C’est ça, Eve, entre dans ta vie, finie la parenthèse, finie la léthargie …zéro risque, disent les enfants …go …

14 amis 5 jours après … laisse tomber Maman, ton cas est franchement désespéré …mais Eve est têtue, têtue …et puis, zéro risque, ça ne se refuse pas ….Eve cherche et trouve …quelques uns, pas beaucoup …surprise ! … des messages de bienvenue, un peu ironiques d’accord… mais bienvenus quand même …

« Welcome et enjoy »  …Et tu n’as pas enjoyé beaucoup au début, Eve, sur FB ….C’est quoi, cette actualité douteuse, de gens que tu connais à peine, un calendrier de pompier avec des filles à poil, 3 tartes à la crème et leur rire bien gras, un peu de techno de derrière les fagots pour mettre le feu aux poudres … pas enjoyée, mais en joie quand même, le cœur léger …des amis qui de ton nom se souviennent …mais de quel nom, se souviennent-ils …quand, où et comment ? … Ces questions ne se posaient pas encore …pas avant ce jour, celui où tu as perdu la mémoire de ton nom, Eve …pas avant la chute, le puits sans fin, les trous aussi noirs que grise sera la brume de tes mémoires …pas de problème d’identité, pas encore … juste  un mal être, comme d’autres ont mal au cœur …toute barbouillée, sans contours nets …mais joyeuse quand bien même … joyeuse ce jour là, celui de Noël,  le jour du « merci, merci …les amis ».

 « Bienvenue, il ne manquait plus que toi sur FB » …c’est sûr , Eve, que ça te manque, les amis et les relations sociales …Allez, fais pas la difficile, l’enfant gâtée, il faut bien commencer quelque part …et puis, ce jour là, tu ne savais pas encore que le manque allait te submerger …un peu plus tard, bien assez tôt …le manque d’amour, le manque de sourires d’enfant, le manque de lui …A chaque jour, suffit sa peine…et ce jour là tu en pris à perpétuité …beaucoup de trop, et pourtant jamais d’ « Assez ! » …Mais ce jour là, celui de Noël,  c’était juste « merci, merci …les amis ».

« Chouette que tu sois sur FB, c’est le dernier endroit où l’on pensait te trouver » …c’est sûr, Eve, même toi tu ne pensais pas te retrouver un jour … Te retrouver là …là en premier lieu …au milieu de nulle part, au milieu du gué …impossible de faire marche arrière …Go, vers l’avant donc … Le regard sur l’horizon, les deux mains sur la barre du clavier ,  go, fais toi de un espace, un l’espace rien qu’à toi …
Ce jour là, celui de Noël, , Eve saute de la chaussure de Cendrillon aux coups de pompes de  la femme de Barbe bleue d’un simple  “Sœur Anne, ne vois tu  rien venir ?”…Aucun ami à l’horizon, même pas un amant en ligne de mire… Trop de « où » et pas assez de « et si » … Mais, elle est où, Eve qui ne doute de rien?
Tu veux vraiment jouer à Cyrano, Eve …de cap en promontoire sur ton île, naufragée comme Robinson, tous les jours même vendredi … Pianoter et cyranoter, rire et vivre la vie d’une autre… c’est vraiment ce que tu veux ? …Tendre des perches à tous les drôles d’oiseaux qui passent, le nez en l’air à rêver …d’ici, d’ailleurs, d’avant et d’après… Rever à des histoires à l’eau de rose, rêver sur un parfum de fleur bleue …Allez, enfile tes bottes, dehors c’est l’Océan, il pleut… et pour l’instant, l’air du temps est à la cannelle…c’est Noël …Can elle ? Tu vois … tu souris …can elle …et l’autre toi, l’autre bout de toi, est ce qu’il pourra aussi … ? Est-ce que tu sauras  passer un jour de maitresse de maison et de maîtresse d’école à domicile à maitresse tout court ?
Il va juste falloir apprendre à ne pas trop être regardante sur les fautes, les ratures,  les dératés, les piles de linge qui s’accumule … Ca se mérite Maîtresse de sa vie …tu es sure que ça se décline au féminin, ce titre là, d’ailleurs ? …C’est ca, Eve… Tu vois avant même que tu ne fautes,  ta langue qui commençe à fourcher, comme ta vie …une langue de serpent pour Eve ? …tu vois ?… l’image te fais déjà rire  !

Tu anticipes, tu grilles les étapes ! Bravo! ! Merci bien ! …Mais merci à qui, tu ne le sais pas encore ce jour là …juste le père Noël pour l’instant … Pour l’instant, « Merci et so what ? » … Merci d’être de retour en toi ? … pas encore …encore rien à dire et à peine à redire … pas encore le « so what », doux comme une caresse, doux comme la ouate qu’elle préfère …pas encore assez démaquillée, les traces des larmes de Noël …pas encore assez sans guirlande, Eve …

IMG_0350

Et pourtant enguirlander, tu sais, Eve,  et toi la première, en ligne de mire …pas assez en colère …en colère contre toi et la Terre entière …juste assez en colère pour la stupeur, mais pas assez pour les tremblements …juste des tremblements du menton pour ravaler la larme de Noël, à peine la vitesse d’un éclair ton battement de cil pour l’écraser et la disperser dans un sourire …pas encore le cœur qui bat à tout rompre …à tout faire trembler …ton écorce et la Terre entière … Personne  ne devrait être en colère le jour de Noël, ni même celui de la Saint-Sylvestre …sans oublier, la trêve des confiseurs…tout en douceurs, Noël, en petits gâteaux et en écorces d’orange… Et là dessus, jamais lâcher, tu t’es promis …mère à la barre et maîtresse en congé … continuer à sombrer dans un navire qui prend l’eau, les yeux rivés sur tes principes en guise d’horizon… rien que des douceurs pour Noël  …

Rien d’un grondement, d’un coup de tonnerre, d’un coup de Théâtre, ton coup d’épée dans l’eau …l’eau de Mère Noël au gout salé que tu ravales …Pas encore ni KO, ni OK …juste Ok pour « OK, Eve …tu as vraiment essayé…ferme le dossier, retourne à tes fourneaux, à tes plumeaux et à tes pinceaux, il y a les volets à ravaler…et speed un peu …les vacances se terminent dans trois jours…ça va être juste pour toutes les couches de peinture » …

Ok, t’es lourde pour l’instant du côté du coeur…tu es lourde quand tu oublies d’être légère …mais pour ca, c’est pour l’instant …allez, souris, Eve, c’est moins grave que d’avoir la main lourde …moins grave et beaucoup plus léger … ravalement de façade et reprise en main… l’équilibre est précaire sur cet échafaudage  … Allez souris Eve, le coeur lourd, mais légère comme l’équilibriste sur le fil du rasoir … La légèreté finira par venir sur toute la ligne, Eve …non, n’anticipes pas …pas encore, ne rajoutes pas …bientôt, bientôt mon coeur … Pour l’instant, c’est régime au programme.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

  • Every de tout, A more included, & 2 Viel en +

    Eve ry de tout, .au propre et au figurez-vous, c'est déjà tout un lot ... de 12 bonnes raisons de tout mélanger en une suite logique ...
    1) Elle n'est pas la dernière en matière de fautes, quand les mots sont croisés ...

    2) I'm pro, c'est son métier

    3) Dans le melting pot, elle ne crache pas dans la soupe...

    4) Elle est parisienne comme tête de veau, et ne rechigne pas devant les froggies servis par des non-domestiques

    5) Elle retourne 7 fois, comme pas une autre, les langues pour celle qu'elle n'a pas encore dans la poche ...et parle comme pied dans la tongue de sa mère.

    6) Foncé, en stock dans son magasin, c'est en option ... comme clair, c'est le temps qui lui manque.

    X2) Quand ça compte, elle voit double...
    N'en jetez plus, la coupe est pleine ...Cheers

  • Valéry Schneider

    Valéry Schneider

    Une publicitaire et une desperate housewife qui a bien tourné ...la page et beaucoup d'autres clichés ...et qui en noircit pas mal, si son temps s'y prête ...Ca varie, même au beau fixe...

    View Full Profile →

%d bloggers like this: